Actualités

Elon Musk juge le concept du camion hydrogène complètement dingue

Le patron de Tesla prévoit la sortie de son camion électrique pour la fin 2021, avec des batteries suffisamment réduites pour tenir 800 km sans gêner la charge utile. Elon Musk en profite pour fustiger la technologie hydrogène, une folie selon lui.

Après de multiples reports, leSemi Truck électrique de Tesla sortira-t-il d’ici cette année ? Son patron, Elon Musk, se veut confiant et veut croire à son planning de livraison décalé pour la fin 2021. C’est ce qu’il a déclaré lors d’un point effectué sur les derniers résultats du constructeur, en précisant que la production pourrait même démarrer dès maintenant, ce qui n’aurait ce qui n’aurait toutefois “aucun sens” puisque l’entreprise ne dispose pas assez de cellules pour ses batteries. Un problème d’approvisionnement récurrent qui affecte toutes ses productions de modèles depuis un an et notamment celle des camions. Un Semi utilise en effet 5 fois plus de cellules pour ses batteries qu’une voiture Tesla.

“C’est juste fou”

Ces soucis d’approvisionnement, notamment de nickel, ne remet pas en cause le modèle du camion électrique défendu par Tesla au détriment du camion à hydrogène. “Les gens pensent maintenant que les modèles de véhicules à hydrogène représentent une meilleure façon de stocker de l’énergie pour modèles à batteries. Mais ils sont en train de revoir leur opinion”, a déclaré Elon musk, jugeant la technologie hydrogène “irréaliste” à conserver sous forme liquide.

Le développement d’une pile à combustible ne fait qu’ajouter des complications supplémentaires“C’est juste fou, au fond”, a commenté l’homme qui fait trembler Wall-Street. Un positionnement qui se rapproche de celui pris par Scania, qui réserve l’hydrogène (vert) à des applications industrielles plutôt qu’au secteur du transport de marchandises.

800 km d’autonomie

A l’inverse, d’autres constructeurs comme Toyota, Daimler Truck ou encore Nikola-Iveco se sont engagés à généraliser les camions à piles à combustibles, profitant de la large autonomie promise par cette technologie. Aux États-Unis, Nikola, malgré ses déboires, a récemment conclu un accord avec une société de services publics de l’Arizona pour produire de l’hydrogène dans une future station de ravitaillement, afin de commencer la création d’un corridor de fret le long de l’Interstate I-10.

Mais, là encore, Tesla croit en sa solution reposant sur les seules batteries électriques et dont le poids devrait singulièrement diminuer, ce qui permettra de ne pas obérer la charge utile. Selon Elon Musk, leurs calculs “fonctionnement” et leur batterie peut proposer une autonomie de 500 miles (800 km) avec un effet minimal sur la charge utile.

“Nous constatons également une augmentation de la régionalisation des camions. Et je pense que ce sera parfait pour le Tesla Semi”, a complété Jérôme Guillen, le patron (français) de Tesla automobile, en ajoutant qu’il s’attend avec impatience à voir plus de Semis Tesla sur la route “très bientôt”. Ces camions devraient également disposer des mêmes fonctions d’autonomie proposées sur les modèles voitures (autonomie de niveau 2). “Ce véhicule sera sûrement le premier de notre gamme à bénéficier d’une autonomie totale”, a prédit Elon Musk.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici

Dial & Go by Alliance Logistics

Vous n'avez pas de compte ?

Mot de passe oublié