Actualités

Arthur Loyd Logistique : “les grands prestataires logistiques, commencent à avoir des besoins en logistique du dernier kilomètre”

Arthur Loyd Logistique, entreprise d’immobilier logistique, a annoncé la création d’un département destiné à la logistique urbaine. Didier Terrier, directeur général associé d’Arthur Loyd logistique et Erick Schiller, consultant en logistique urbaine à la tête de la nouvelle équipe, parlent de l’enjeu de la livraison urbaine.

L’Officiel des transporteurs : vous lancez un pôle dévolu à la logistique urbaine, de quoi s’agit-il ?

Didier Terrier : Arthur Loyd Logistique est une structure transverse du groupe créée il y a dix ans. La logistique urbaine est devenue une composante importante de notre métier, on se devait de rentrer dans ce marché, d’abord pour comprendre les besoins de la multitude d’utilisateurs. Nous avons un réseau de plus de 70 agences, l’équipe sur la logistique intervient sur tout le territoire donc on a déjà un très gros maillage. La logistique intramuros, elle, nécessite une approche différente.

Erick Schiller : Nous réalisons du conseil en immobilier, notre travail est de rapprocher des utilisateurs de logistique urbaine avec des propriétaires qui ont ce type de surface. Arthur Loyd Logistique reste sur son métier historique. Là où l’on voit une opportunité, c’est que nos clients, les grands prestataires logistiques, commencent à avoir des besoins en logistique du dernier kilomètre. On va donc pouvoir les accompagner de l’entrepôt XXL jusqu’à l’entrepôt de quartier.. À l’inverse, les utilisateurs de logistique urbaine que l’on rencontre aujourd’hui atteindront demain une taille critique qui leur demandera de s’organiser sur leur logistique en amont, avec des entrepôts plus grands.L’O.T.: De quelle façon prenez-vous en compte la question de la transition écologique inhérente à la logistique urbaine ?

E. S. : On doit comprendre le besoin des utilisateurs pour leur proposer un lieu adapté. Nous allons les aider à s’adapter aux contraintes environnementales et sociales en leur expliquant que demain, au vu des nouvelles normes les contraignant à utiliser des véhicules plus petits, moins émetteurs de GES, etc., ils auront besoin de dépôts de différentes tailles, plus petits que ceux qu’ils ont en périphérie, pour s’adapter à l’autonomie de nouveaux véhicules. De même sur la cyclologistique : pour livrer à Paris, on doit partir du point le plus proche du centre pour avoir une grande zone de chalandise et faire un maximum de livraisons. On aide les entreprises à s’adapter en trouvant l’immobilier qui leur permet de travailler efficacement.

D. T. : Actuellement, il y a une véritable course à l’emplacement : toutes les entreprises cherchent des positions idéales, le marché est très actif.Retrouvez l’intégralité de cet article (accès réservé) dans L’Officiel des Transporteurs n°3068-3069 du 28 mai 2021.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici

Dial & Go by Alliance Logistics

Vous n'avez pas de compte ?

Mot de passe oublié