Actualités

Camions électriques : les véhicules Volta se préparent pour le marché européen

Volta Trucks vient de bénéficier d’un nouvel investissement de 20 millions de dollars, de quoi assurer la phase de lancement commercial et de développement de son camion électrique qui ressemble davantage à un bus. Celui-ci utilise un essieu électrique innovant pour entraîner les roues arrière plutôt qu’un moteur électrique et un arbre de transmission.

Volta Trucks, une start-up suédo-britannique développant des camions tout électrique, vient d’obtenir un nouvel investissement de 20 millions de dollars (16,35 millions d’euros) qui lui permettra, selon ses dirigeants, d’embaucher de nouveaux ingénieurs et commerciaux tout en assurant le développement de ses véhicules, les plans d’industrialisation et les opérations commerciales.

Un poste de conduite central surbaissé 

Créée en 2019, l’entreprise emploie 80 personnes et développe un camion urbain électrique de 16 tonnes, le Volta Zero, dont 1 000 exemplaires ont déjà été commandés par Petit Forestier en version frigorifique. Ce véhicule étroit dispose d’une cabine surbaissée ressemblant à celle d’un bus, avec un poste de conduite central et également surbaissé disposant de larges baies vitrées. Le camion utilise un essieu électrique innovant pour entraîner les roues arrière plutôt qu’un moteur électrique et un arbre de transmission, comme le font la plupart de ses concurrents.

Plus de charge utile

Cet ensemble plus léger et plus compact permet d’offrir plus de charge utile, soit 8,6 t, avec un volume total de 37,7 m3 capable d’accueillir 16 palettes Euro (autonomie annoncée de 150 à 200 km). Le carnet de commandes du Volta Zero s’élève à 260 millions de dollars, avec de premiers véhicules attendus chez des clients à la fin de l’année 2021. Un schéma de développement détonnant car jusqu’à présent, Volta n’a développé qu’un seul prototype avec le groupe automobile britannique Prodrive. La start-up indique être en discussion avec plusieurs acteurs industriels européens, y compris en Grande-Bretagne, pour passer à la phase de production commerciale. Rob Fowler, directeur général, assure que le prix de revient pour le client sera “comparable à celui d’un véhicule diesel”.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

DEVIS Instantané – Dial & Go

Vous n'avez pas encore de compte ?

Mot de passe oublié