Actualités

Crise sanitaire : bp2r publie les résultats de son sondage auprès des transporteurs

Le cabinet de conseil en optimisation transport dévoile les résultats d’une enquête réalisée auprès de 86 transporteurs, s’attachant à décrire leur situation face à la crise sanitaire, les mesures mises en œuvre et leur vision sur le court terme.

Face à la pandémie de Covid-19 et pour mieux décrypter son impact sur le transport, le cabinet de conseil bp2r a réalisé un sondage entre le 24 et le 27 mars dernier auprès de 86 entreprises françaises du secteur. Il en ressort une « situation ambivalente » selon bp2r : si la filière doit nécessairement continuer à approvisionner le territoire en produits de première nécessité, elle affronte des difficultés dans l’exercice de son activité et subit également la mise à l’arrêt d’une partie de l’économie.

Des volumes en baisse et des opérations perturbées

Les prestataires interrogés sont ainsi 61 % à avoir constaté une baisse de plus de 20 % des volumes transportés. Ils sont par ailleurs 33 % à avoir déjà suspendu une partie voire la totalité de leur activité. « Le segment de la température dirigée, davantage concerné par l’alimentaire et la santé-pharmacie, s’en sort logiquement un peu mieux », détaille le cabinet de conseil. Face à l’épidémie et aux mesures adoptées par le gouvernement, notamment avec le confinement et la fermeture de frontières, les acteurs du routier domestique font état, à 57 % d’opérations « fortement perturbées » et à 30 % « modérément perturbées ». Des flux déséquilibrés viennent également impacter les transporteurs, qui éprouvent des difficultés à remplir leurs véhicules à l’aller comme au retour, comme l’évoquait Xavier Villetard, directeur associé de bp2r, dans une interview récente. Ils sont donc 78 % à modifier leur plan de transport notamment en cessant certaines liaisons pour en prioriser d’autres plus en mesure de garantir un chargement dans les deux sens. 34 % ont également procédé à des modifications de la tarification auprès de leurs clients pour tenir compte des contraintes opérationnelles supplémentaires. Ils sont, à ce sujet, 26 % à indiquer envisager cette option à court terme.

Disponibilité des salariés et mesures mises en place

Concernant la main-d’œuvre et les droits de retrait évoqués, les transporteurs sondés indiquent, pour une courte majorité (52 %), « une disponibilité normale » de leurs salariés mais beaucoup rapportent néanmoins leurs inquiétudes pour les prochaines semaines. Les 48 % restants constatent déjà de leur côté un disponibilité réduite. « Cette dernière doit toutefois être nuancée au vu de la faiblesse des volumes à transporter », précise bp2r dans son communiqué. Une diminution ayant conduit 58 % des prestataires interrogés à avoir  recours à des mesures de chômage partiel pour leurs chauffeurs, tandis que 29 % l’envisagent à court terme. Pour assurer la sécurité de leurs salariés, les entreprises indiquent d’autre part à 84 % les avoir dotés de matériels et produits de protection (gants, gel hydroalcoolique, masques).

Pour terminer, bp2r a interrogé les transporteurs sur la manière dont ils anticipent l’évolution de la situation. Pour la majeure partie, ils ne sont pas optimistes : seulement 7 % d’entre eux estiment que les conséquences de la crise sanitaire actuelle vont se prolonger seulement quelques semaines, alors que 38 % évoquent plutôt un à deux mois, 29 % plus de deux mois et que 26 % considèrent qu’il est tout simplement trop tôt pour se prononcer.


L’étude complète est disponible ici.

Source:www.voxlog.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici