Actualités

Des chauffeurs italiens demandent l’abolition de la limite d’âge sur le permis de conduire 

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 30.03.2021 | Dernière Mise à jour : 30.03.2021

Crédit photo

Silvano De Longhi, qui fêtera ses 68 ans l’été prochain, fait partie d’un groupe de huit chauffeurs de poids lourds italiens ayant saisi la Commission européenne afin de réclamer la modification du dispositif concernant la limite d’âge pour la conduite d’un poids lourd. En particulier en période de pénurie de chauffeurs, et dans la mesure où d’autres pays n’appliquent pas les mêmes règles.

Un groupe de huit chauffeurs de poids lourds italiens a saisi la Commission européenne et le ministère des Transports italiens en leur demandant de modifier le dispositif concernant la limite d’âge pour les titulaires d’un permis de conduire C et CE. En Italie, a expliqué Silvano De Longhi, qui fêtera ses 68 ans l’été prochain, l’article 126 du code de la route interdit d’avoir un permis de conduire C ou CE après 68 ans, une anomalie qui doit être éradiquée pour mettre un terme à une situation inique ! Dans ce contexte, conduire un camion devient un acte illégal car après 68 ans, le chauffeur est passible d’une amende de 1 200 € assaisonnée d’un retrait temporaire du permis de conduire pendant une période de quatre à huit mois.

Paradoxe et concurrence déloyale

Un dispositif paradoxal en cette période crise et de grande pénurie de chauffeurs notent ces professionnels de transport. Car comme certains de ses voisins, la péninsule manque cruellement de main-d’œuvre, la profession n’ayant “aucun sex-appeal”, notamment pour les jeunes générations, affirme par ailleurs une étude publiée l’an dernier par une association de transporteurs. 

Pour convaincre la Commission de prendre leur demande en considération, le groupe des Huit affirme que d’autres pays de l’Union européenne n’appliqueraient pas cette limite d’âge. Notamment en ce qui concerne les pays de l’Est, ce qui favorise la concurrence déloyale, ajoute le groupe de résistants italiens qui réclame l’ouverture d’une enquête sur un dispositif introduisant de fait le principe de  la discrimination. Ils demandent aussi d’introduire le principe de l’harmonisation en Europe avec un nouveau dispositif identique pour tous les pays membres. Des arguments qui tiennent la route, a répliqué la Commission européenne, en affirmant que cette demande relève effectivement des compétences attribuées à l’Union européenne. J’ai demandé à la Commission d’ouvrir une enquête préliminaire et j’ai transmis la demande des chauffeurs italiens à la Commission des Transports et du Tourisme du Parlement européen“, a indiqué Dolors Montserrat, présidente de la Commission européenne des pétitions (PETI). 

Un argument injustifié

Dans la foulée, le groupe des Huit s’apprête à saisir également la Commission parlementaire italienne des Transports. But de l’opération : obtenir un alignement sur les autres pays européens qui autorisent les plus de 68 ans à rester au volant de leur camion. Pour enfoncer le clou, ces chauffeurs ont soulevé la question du manque de main-d’œuvre spécialisée, l’Italie ayant besoin de 20 000 nouveaux chauffeurs, selon les estimations des associations de professionnels du transport. Ils ont aussi évoqué la question de la sécurité au volant. “L’indice d’insécurité au volant n’augmente pas avec l’âge, au contraire il diminue, les chauffeurs âgés sont en moyenne beaucoup plus prudents et plus attentifs aux limitations de vitesse et aux signaux. Pour preuve, seulement 6 % des conducteurs impliqués dans des accidents de la route ont plus de 65 ans”, affirme le groupe des Huit. 

Source:www.actu-transport-logistique.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici