Actualités

Egalité homme femme dans le transport routier : un accord pour déclarer la guerre aux préjugés

La branche vient de signer un premier accord paritaire pour le développement de l’égalité professionnelle. Rien de révolutionnaire, mais un appel solennel lancé aux employeurs comme aux élus du personnel pour qu’ils prennent conscience des stéréotypes qui pénalisent l’attractivité du transport routier.

Six ans : c’est le temps qu’il aura fallu aux partenaires sociaux de la branche pour s’entendre sur un accord pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Alors que les discussions à son sujet avaient commencé en 2014, ce texte de 39 pages n’a été finalisé que le 4 juin dernier, puis signé au cœur de l’été par, côté patronat, des représentants de la FNTR, de TLF, de l’OTRE et de la Confédération nationale de la mobilité (CNM) et, côté syndicats de salariés, de la FGTE-CFDT, CGT, FO-UNCP, CFTC et CFE-CGC.

Un plan sectoriel signé en 2014 avec l’État et Pôle Emploi, avait eu peu d’effets faute d’être concret et coordonné, et il n’y avait rien sur ce sujet dans la convention collective”, explique Erwan Poumeroulie, responsable des affaires juridiques et sociales à la FNTR. 

Un sujet qui ne mobilise pas

Pourtant, les branches ont l’obligation de négocier sur ce sujet… C’est un sujet compliqué pour nous, en tant que fédération, avance-t-il, car historiquement, il ne mobilise pas les entreprises, voire – comme la pénibilité – en braque certaines. Par ailleurs, les négociations salariales ont souvent pris le devant pendant ces six ans.” 

L’accord signé finalement rappelle les obligations légales des entreprises à ce sujet, prévoit d’accompagner celles-ci par la diffusion de bonnes pratiques et officialise la volonté de renforcer l’égalité en matière de salaires, d’évolution de carrière, d’accès à la formation, ou encore de faciliter l’équilibre vie professionnelle-vie personnelle. “Ce texte reste assez symbolique, admet Erwan Poumeroulie. Mais il est une première étape qui permet de faire piloter le sujet par la commission paritaire de branche et de lui consacrer un financement stable. Il vise aussi à envoyer un signe aux employeurs.”

Le signe qu’il est urgent d’agir. Même si le rapport de situation comparée de 2018, sur lequel l’accord est basé, se félicite que l’écart de salaires entre femmes et hommes ne soit “que” de 6 % contre 18,5 % dans les autres branches, il pointe aussi que les femmes ne représentent que 10,61 % des effectifs du transport routier de marchandises (TRM) et même 3 % des conducteurs du TRM.

> Lire l‘intégralité de l’article (accès réservé) dans L’Officiel des Transporteurs n°3037 du 2 octobre 2020.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

DEVIS Instantané – Dial & Go

Vous n'avez pas encore de compte ?

Mot de passe oublié