Actualités

Enquête : comment les 18/30 ans perçoivent-ils le transport et la logistique ?

Ensemble, le prestataire de transport Kuehne+Nagel et le spécialiste de l’orientation Studyrama ont mené une étude auprès de 642 personnes âgées de 18 à 30 ans. Ils ont voulu connaître la perception qu’avait du secteur transport et logistique cette population plutôt jeune. La réduction de l’empreinte carbone ressort prioritaire en matière de préoccupations.

Une enquête menée par le prestataire Kuehne+Nagel a été réalisée auprès des 18/30 ans pour connaître leur vision du secteur du transport et de la logistique entre juin et août 2021. 642 personnes ont répondu aux questions de Studyrama, expert dans l’orientation depuis 30 ans. A ainsi été défini le « portrait robot » du futur logisticien en termes de compétences et de qualités.

Grand défi, l’empreinte carbone 

Même si le rôle du secteur apparaît comme crucial pour la vie économique pour plus de 90 % des répondants, cet aspect ayant été bien visible pendant le confinement, ils sont également tout à fait conscients de son impact sur l’environnement. Ainsi, pour 57 % des interrogés, le plus gros challenge est la réduction de l’empreinte carbone.

« Les consommateurs sont de plus en plus conscients de l’impact de leurs comportements et de leurs achats, et la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un facteur qu’ils prennent en compte lorsqu’ils choisissent d’acheter un produit plutôt qu’un autre, explique Guillaume Péard, Président de Kuehne+Nagel France et Maghreb. Ce grand défi est bien identifié par les jeunes Français pour notre secteur : cette aspiration sociétale est un véritable moteur pour notre filière ». 

Pas innovant, le secteur ?

Deuxième préoccupation pour cette cible, la gestion douanière (pour 45,8 %), question qui a émergé avec le Brexit, devant l’hypercroissance du e-commerce, marché qui a bondi depuis les confinements. Le e-commerce est d’ailleurs le terme qui décrit le mieux le secteur du transport et de la logistique, pour plus de 50 % des personnes. Il est surtout représenté par le mode routier (pour 44 %), bien devant le transport maritime (24,80 %), ferroviaire (23 %), et aérien (8,1 %).

Curieusement, 50,3 % des personnes interrogées ne voient pas les transporteurs et logisticiens comme moteurs en matière d’innovation. « Pourtant, notre secteur évolue énormément. C’est à nous de le faire savoir à nos clients, partenaires, collaborateurs et candidats potentiels », conclut Guillaume Péard.

Réactivité et sens du client atouts maîtres

Question compétences, il apparaît que les futurs profils de la profession devront, selon les sondés, être formés au commerce international en priorité (62,6 %), au management (45,3 %), à l’ingénierie (40,3 %) et au droit (40,2 %). « Les jeunes ont pris conscience de la nécessité d’avoir des connaissances pluridisciplinaires pour travailler et évoluer dans le secteur », constate Rachida Soussi, rédactrice en chef adjointe chez Studyrama.

Ils devront aussi être réactifs (44,9 %) avoir le sens du client (43 %), de l’organisation (33,5 %) et du relationnel (30,7 %). Conséquence de la crise sanitaire sans doute : « La crise sanitaire a entraîné, entre autres, une pénurie de conteneurs d’abord sur la zone Asie-Pacifique puis sur la zone Atlantique, et les acteurs du transport et de la logistique ont dû être d’autant plus près de leurs clients – dans une relation de partenaires et non de prestataires – pour répondre à leurs besoins avec des contraintes élevées en termes de vitesse de livraison, de coûts et d’objectifs environnementaux, analyse Guillaume Péard. Dans ce contexte, la notion de service est plus que jamais au cœur de la performance », 

L’alternance, opportunité et vivier 

Logiquement, 50,3 % des répondants pensent que l’alternance est nécessaire pour travailler efficacement dans le secteur du transport et de la logistique, tansdis que 20, 6 % pensent que non. C’est également l’avis d’Hervé Gnoni, Directeur des ressources humaines chez Kuehne+Nagel, « l’alternance doit être au cœur des politiques RH des acteurs de la logistique ! Chez Kuehne+Nagel, nous avons fait progresser nos effectifs alternants de 10 % en 2021. Nous accueillons désormais près de 250 alternants dans l’ensemble de nos métiers. »

Plus globalement, « une bonne politique d’alternance représente une opportunité formidable pour les jeunes de découvrir le monde de l’entreprise et d’acquérir des compétences professionnelles. Pour Kuehne+Nagel, c’est aussi un vivier de candidats motivés pour construire le futur de la logistique et du transport. » 

Dernier enseignement de cette étude et non des moins optimistes concernant l’attractivité de la filière :67 % des répondants pourraient envisager de travailler dans ce secteur, même si sur les 15 % ayant répondu non, 50 % d’entre eux ne trouvent pas le secteur attractif.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici

Dial & Go by Alliance Logistics

Vous n'avez pas de compte ?

Mot de passe oublié