Actualités

Immatriculations de véhicules : un bilan dégradé mais contenu

Avec 41 600 immatriculations, le marché français des camions a chuté de 25,2 % en 2020, indique l’étude annuelle de l’Observatoire du véhicule industriel (OVI). Si ce bilan apparaît bien bas, il s’avère toutefois contenu si l’on se réfère à la crise de 2008.

Une baisse du marché du véhicule industriel anticipée mais amplifiée du fait du Covid-19. L’Observatoire du véhicule industriel (OVI) de BNP Paribas Rental Solutions a publié les résultats de son étude annuelle. Il en ressort que 41 600 camions ont été immatriculés en 2020, soit une chute de 25,2 % par rapport à 2019.

Les volumes de porteurs ont mieux résisté avec 20 700 immatriculations (– 15,1 %). En revanche, les tracteurs ont dégringolé plus fortement avec 20 900 unités écoulées (– 33,3 %). Ainsi, les chiffres 2020 se situent sous la moyenne annuelle de 48 000 unités constatée ces vingt dernières années.

Si la crise sanitaire explique cette chute, avec par exemple un repli de 5 % de l’activité dans le transport routier de marchandises (TRM) selon le Comité national routier (CNR), cette tendance doit être relativisée, estime l’OVI : les immatriculations de camions ayant atteint un niveau particulièrement élevé les années précédentes, jusqu’à 55 250 unités en 2020, l’organisme tablait sur une baisse de 10 % en 2020.

Un niveau proche de 2014

En effet, au niveau européen, “la crise économique liée à la pandémie de Covid-19 a accéléré la baisse des immatriculations et l’on retrouve un niveau proche de celui de 2014″, selon lui. Par ailleurs, la diminution constatée en 2020 ” est plus faible que celle subie entre 2008 et 2009, où le recul avait été encore plus fort”, à – 40 % au niveau européen.

Après des années 2018 et 2019 record, le marché de la carrosserie a de son côté bien résisté et se situait à – 15,9 % fin novembre. Avec un bon maintien des bennes et carrosseries pour le secteur du BTP (– 10,1 %), le marché enregistre même “l’un des meilleurs scores de la décennie écoulée” avec plus de 19 000 unités de véhicules industriels carrossés produites. En revanche, les immatriculations des fourgons ont affiché un recul de 29,1 %, tandis que les carrosseries destinées aux camions frigorifiques ont diminué de 22,6 %.

Lire l’intégralité de l’article (accès réservé) dans L’Officiel des Transporteurs n°3051 du 25 janvier 2021.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici