Actualités

Transport routier de marchandises : les syndicats mettent la pression

Pas encore de date. La CFDT, la CFTC et la CFE-CGC Transports ont prévu de se mobiliser pour faire avancer certains dossiers comme la réforme des retraites, le 13e mois conventionnel, la refonte des classifications, mais aussi le manque d’extension des accords. Mais les syndicats attendent un signe clair du gouvernement et/ou des organisations patronales pour se prononcer.

Si la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC du secteur n’annoncent pour l’instant pas de date pour un mouvement social en fin d’année, elles attendent en revanche un signe clair du gouvernement et/ou des organisations patronales pour se prononcer. “Nous prévoyons de nous mobiliser en décembre mais nous ne donnons pas encore de date, des éléments pouvant intervenir entre-temps”, a indiqué Patrick Blaise, secrétaire général de la CFDT Transports. Uni avec FO, la CFTC et CFE-CGC, le syndicat de salariés du transport routier de marchandises entend mettre la pression sur les organisations patronales mais aussi sur le gouvernement pour faire avancer plusieurs dossiers, notamment la réforme des retraites, le 13e mois conventionnel, la refonte des classifications, mais aussi le manque d’extension des accords. En frictions depuis la constitution de l’OPCO Mobilités, la CGT ne s’est pas jointe à l’intersyndicale. “Ce sera peut-être le 4 décembre, ou le 6, mais on commencera par une journée”, a précisé Thierry Douine, secrétaire général de la CFTC. FO reste pour l’instant le seul syndicat du secteur à avoir d’ores et déjà annoncé qu’elle appelait à rejoindre le mouvement interprofessionnel illimité prévu le 5 décembre pour protester contre le projet de réforme des retraites.

13e mois conventionnel

Parmi les doléances des quatre syndicats, la difficulté à obtenir des négociations sur le 13e mois conventionnel, les interrogations qui perdurent sur le congé de fin d’activité (CFA) mais aussi les retards du gouvernement pour étendre les accords paraphés par la branche, notamment ceux qui créent la CPPNI (commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation). Toutes les négociations devant désormais avoir lieu au sein de ce dispositif, les quatre syndicats ont annoncé mi-octobre qu’ils ne participeraient pas aux réunions paritaires tant que l’accord n’aura pas été validé par l’État. “En revanche, si nous recevions une proposition d’une commission mixte paritaire sur, par exemple, un 13e mois conventionnel, nous nous y rendrions”, nuance Patrick Blaise.

> Lire l’intégralité de l’article dans L’Officiel des transporteurs n° 2994 du 1er novembre 2019.

Source:www.actu-transport-logistique.fr/

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici