Actualités

Vente de camions : 2021, une année en bas de fourchette

Plombées par des difficultés d’approvisionnement, les ventes de camions de plus de 5 t affichent un bilan peu satisfaisant au regard des attentes. L’impact sur la production est estimé à 15 à 20 %.

La reprise attendue après le Covid a du plomb dans l’aile. Lors du dernier point semestriel de la Chambre syndicale internationale de l’automobile et du motocycle (CSIAM), le 22 octobre 2021, son président délégué, Thierry Archambault. ne versait pas dans l’optimisme. Les ventes de camions sont en effet plombées par le manque de pièces, notamment de semi-conducteurs.

+ 11 % par rapport à 2020, mais – 23 % comparé à 2019…

« L’année 2021 a démarré plutôt en bas de la fourchette et s’est poursuivie ainsi toute l’année. L’activité des constructeurs de poids lourds est lourdement perturbée par les difficultés d’approvisionnement de différents composants et par la très forte mise en tension de la chaîne logistique du transport mondial, notamment maritime. À cet effet conjoncturel s’ajoute un élément déjà maintes fois souligné et qui demeure : les difficultés de recrutement que rencontre la filière dans tous les métiers qu’elle porte (conducteurs, mécaniciens, personnel administratif, etc). Cela représente un déficit de 40 000 postes et correspond représente 1 point de PIB en moins pour le pays », analyse Thierry Archambault. Comparé à une année 2020 très particulière, le marché 2021 du véhicule industriel neuf de plus de 5 tonnes (TRM) affiche une hausse de plus de 11 % sur les 9 premiers mois de l’année sur la même période. Ce résultat doit être naturellement apprécié au regard de l’effet Covid sur 2020 : par rapport à l’année 2019 (9 premiers mois), le marché 2021 recule de 23 %.

« Une crise unique »

Le segment des porteurs, quant à lui, augmente de 6 % par rapport à 2020 mais recule de 13 % par rapport à 2019, celui des tracteurs progresse de près de 17 % par rapport à 2020, mais recule de 31 % par rapport à 2019. La tendance devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année, et c’est d’autant plus frustrant pour les constructeurs que la demande est là. Mais les composants et les pièces manquent. « C’est une crise unique, sur laquelle nous avons peu de visibilité, 2022 sera probablement bancale mais je reste optimiste pour 2023 », veut croire Henri Paccalin, président de la branche véhicule industriel de la CSIAM et président de Mercedes-Benz Trucks France. Ce dernier estime l’impact sur la production de l’ordre de 15 à 20 %. Un chiffre validé par plusieurs constructeurs, notamment par Jean-Yves Kerbrat, président de Man Truck & Bus.

Source:www.actu-transport-logistique.fr

Alliance Tracking

Vous n’avez pas d’identifiants ? Cliquez ici

Dial & Go by Alliance Logistics

Vous n'avez pas de compte ?

Mot de passe oublié